2012 – 2011 – 2010

2012

24.09.2012 – RTS – Corpus – Bientôt un embryon à trois ADN?

La Grande-Bretagne pourrait autoriser la création d’un embryon constitué à partir de trois ADN différents. Concrètement, il s’agirait de créer un embryon avec l’ADN du père et de la mère et d’ajouter les mitochondries d’une autre femme. Les mitochondries sont de petites structures que l’on retrouve dans toutes les cellules et qui possèdent leur propre ADN. Cette technologie permettrait d’éviter des maladies génétiques rares liées aux mitochondries. Le ministère de la Santé britannique vient de lancer une consultation publique avant d’éventuellement autoriser cette pratique.

Invité: Denis Duboule, RTS-le journal du matin_corpus.[mp3]

__________________________________________________________________________________________________

 

17.05.2012 – A la recherche du profil idéal

La RTS a interviewé le 17 mai Denis Duboule, professeur de génétique à l’EPFL et à l’Université de Genève sur le profil idéal pour le poste de secrétariat d’Etat à la formation et à la recherche.

Pour en savoir plus:
RTS: Quel rayonnement pour la recherche


 

16.03.2012 – Les sciences citoyennes connaissent un nouvel essor

Denis Duboule, généticien et professeur à l’Université de Genève et à l’EPFL. [DR] Dans les domaines aussi divers que la physique, biologie, la génétique, la climatologie l’implication de citoyens dans de véritables projets scientifiques permet à la recherche de progresser. La science change-t-elle de paradigme? Les processus participatifs sont-ils réellement efficaces?

voir sous : rts.ch/la-1ere/programmes/les-temps-modernes


 

2011

04.10.2011 – Denis Duboule, spécialiste mondial de la génétique du développement

Podcasts 06h – 09h : Radio Cité Matin : “Grand Invité”

www.radiocite.ch : entrer <Denis Duboule> sous “rechercher un podcast”


 

12.09.2011 – Prix de la Fondation pour Genève

Le généticien Denis Duboule, professeur à l’Université de Genève et à l’EPFL reçoit ce lundi soir le prix de la Fondation pour Genève. On parle même de lui pour un futur Nobel.
L’homme commence par défendre sa vision du monde académique: “Si je prends l’exemple de l’Université de Genève et de l’EPFL, il y a des chevauchements. Depuis une douzaine d’années par exemple, l’EPFL a beaucoup travaillé dans la recherche fondamentale, ce qui était le domaine des universités. On se retrouve aujourd’hui devant des investissements monstrueux, si l’on veut rester compétitifs au niveau mondial, et on va avoir de plus en plus de peine à convaincre nos gouvernements cantonaux d’accepter ces investissements” avance Denis Duboule. L’homme ne va tout de même pas jusqu’à prôner une étatisation des universités. Son credo: “un département fédéral de la science et de la recherche digne de ce nom”. Il craint par contre “le transfert annoncé du Secrétariat à la recherche au Département de l’économie”. Et de conclure par cette interrogation, pleine d’inquiétudes: “Le jour où des arbitrages seront nécessaires, en période de fort chômage, que va-t-il se passer pour le secteur de la recherche?”.

RTS – la 1ère – L’invité du Journal


 

19.05.2011 – Les gènes architectes

On les appelle les gènes architectes. Nous leur devons de tenir sur nos deux jambes et d’avoir permis la construction de notre squelette. Ces gènes interviennent dès les premiers stades du développement embryonnaire pour organiser le corps de nombreuses espèces animales.
Denis Duboule, spécialiste mondial de la génétique du développement et pionnier de la recherche sur ces gènes architectes, est l’invité de l’émission.

France Inter – La Tête au carré par Mathieu Vidard


 

2010


27.12.2010 – Développement embryonnaire

Emission: RSR Impatience – La 1ère

Au cours de son développement, l’embryon humain connaît trois jours cruciaux sur les neuf mois que dure la grossesse. Trois journées durant lesquelles l’embryon construit sa structure. Cette période de développement critique se retrouve non seulement chez les humains, mais chez tous les vertébrés. Serpents, lapins, éléphants, chiens ou humains possèdent chacun une horloge interne qui déclenche cette construction d’environ 72 heures. Les précisions de Denis Duboule, professeur de zoologie et de biologie animale à l’Université de Genève et à l’EPFL, au micro de Cécile Guérin.
Sur RSR Savoirs
 
 

19.12.2010 – Le temps élastique

Comment percevons-nous le temps qui passe ? Rien à voir avec le temps physique des secondes et des minutes, le temps subjectif se construit dans notre cerveau. C’est un temps qui est malléable en fonction de l’environnement, du vécu de la personne ou du contexte.

Découvertes et explications.

Les psychologues et les neuroscientifiques peinent à modéliser la perception du temps. Et pourtant certaines personnes ont des perceptions biaisées du temps, notamment les toxico-dépendants qui subiraient une modification du niveau de dopamine; neurotransmetteurs du cerveau.
Alors pourquoi 2 heures peuvent-elles sembler passer en 5 minutes? Explications et reportages avec Lucas Spierer, chercheur en neurosciences au Service de neuropsychologie et neurohabilitation du CHUV et Jérémy Grivel, chercheur en neurosciences au Département de psychiatrie communautaire du CHUV.

Enfin, Denis Duboule, Professeur à la Faculté des sciences de l’Université de Genève, sera l’invité d’Impatience autour de la notion de temps biologique.
 

RTS – Impatience – Un dossier de Cécile Guérin.


 

26.07.2010 – Denis Duboule, le virus de la recherche

Spécialiste mondial de la génétique du développement, le professeur Denis Duboule a été un des premiers à s’intéresser aux gènes HOX. Il a mis en évidence le rôle primordial de ces gènes architectes dans la formation des membres et les mécanismes fondamentaux de leur fonctionnement. En 2009, Denis Duboule et Emmanuel Gripon se sont donnés rendez-vous au Jardin botanique de la ville de Genève, un lieu qui fut le témoin du premier émoi scientifique du chercheur avant qu’il ne prenne, des années plus tard, le goût de la recherche en génétique.
 

RTS – Savoirs – [mp3]


05.04.2010 – L’apparente anarchie des gènes architectes

Certaines portions de l’ADN se déplacent et se multiplient dans le génome sans raison apparente, en créant des mutations beaucoup plus nombreuses que les mutations spontanées. Le généticien Denis Duboule est fasciné par la structuration du corps. Il s’est penché sur ces multiplications anarchiques des gènes architectes des serpents pour tenter de lever le voile sur le mystère de leur développement presque illimité. Des explications recuillies par Emmanuel Gripon.

RTS – Savoirs


30.03.2010 – Le gène sous la loupe ®

A quoi servent les gènes dans notre corps ? Que nous disent-ils sur nous-mêmes ?
Zoom sur les gènes et leurs implications dans les domaines de la santé, du comportement humain, de la loi.
La fidélité serait génétique, l’autisme aussi. Pas une semaine sans qu’un communiqué ne nous informe sur l’origine génétique d’une maladie ou d’un comportement. Et les OGM, dans les assiettes, ne font que renforcer cette impression : le pouvoir du gène semble infini. Est-ce vraiment le cas dans tous les domaines et peut-on infléchir son action ?

Deux spécialistes répondent à ces questions : Denis Duboule, professeur de biologie du développement, à l’université de Genève, et Yves Nicolet, substitut du juge d’instruction cantonal vaudois.

RTS – On en parle

 

03.03.2010 – L’invité du journal

Jusqu’où les scientifiques sont-ils responsables de leurs découvertes? Thomas Stocker, universitaire bernois et vice-président du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), vient de retirer un article publié l’été dernier dans la revue Nature Geoscience. Son calcul de l’élévation du niveau des océans à l’horizon 2100 contenait des erreurs de méthode. Pour évoquer ce geste d’autocritique, nous avons invité Denis Duboule, spécialiste mondial de la génétique du développement.

RTS – Journal du Matin –  [mp3]


 

11.01.2010 – Les politiciens sont-ils largués face aux questions scientifiques ?

Réchauffement climatique, grippe A, votation du 7 mars sur la recherche sur l’être humain… les défis actuels ont une tendance à devenir très scientifique. Exemple avec la grippe, ou au début de la crise, le Département Fédéral de l’Intérieur renvoyait les questions aux spécialistes de la santé publique. Avec la multiplication des enjeux scientifiques et éthiques, les politiques ne sont-ils pas condamnés à être toujours plus largués et en retard?

 RTS – Le Grand 8 – [mp3]